Musicothérapie Harmonis

Alfred Tomatis était trop en avance sur la medecine de son époque, il est mort en 2001, et n’a pas vécu assez longtemps pour voir l’explosion des connaissances à laquelle nous assistons aujourd’hui au sujet du cerveau sous cortical et qui permet de comprendre pourquoi il a obtenu des résultats aussi étonnants.

Il est prouvé scientifiquement grâce à l’IRM, que la musique de Mozart est une des rares à stimuler dans le cerveau, à la fois les zones de l’apaisement et du dynamisme. Des specialistes de la neuro plasticité sonore, chercheurs de la northwestern university comme Nina Kraus ont enregistrés à l’aide de capteurs éléctriques (EEG) des résultats stupéfiants: l’activité cérébrale des sujets qui écoutaient une sérénade de Mozart était identique aux ondes sonore de cette sérénade, et le tronc cérébral produisait les même sons!

Pendant notre sommeil le cerveau émet des ondes de 1 à 3 hz, quand on est éveillé et attentif la fréquence des ondes est plus rapide: 12 à 15 hz, si l’on se concentre sur un problème: 15 à 18 hz, et lorsqu’on s’inquiète ou se sent anxieux: 20 hz. Lorsque nous manquons de motivation ou déprimons il semble que le rythme du cerveau soit trop lent, lorsque nous sommes irritables, anxieux, hyperactif, il est trop rapide, voir trop bruyant. Il est possible grâce a un entrainement neuro plastique, de retrouver le bon tempo, le bon niveau sonore. un cerveau hyperactif, trop bruyant, désynchronisé perd des capacité et épuise son propriétaire. La musique resynchronise par résonance ce qui agit sur les neurones et le rend plus efficace.

ACTIVATION ZONE CEREBRALES IRM

De plus, à l’écoute de cette musique notre cerveau agit sur l’excitation du centre de la récompense et permet de  sécréter de la sérotonine, des endorphines et de la dopamine, rendant ainsi compte des effets plaisir, antidépresseurs et antalgiques de la musique.

L’activité de notre système sympathique  a probablement un effet sur l’axe hypothalamo-hypophysaire et sur la contre-régulation des hormones de stress.

Dans son livre “guerrir grâce à la neuro plasticité”, le psychiatre et chercheur Norman Doidge regroupe toutes rechercher neuroscientifique sur la musicothérapie d’après Tomatis et nous explique: “la thérapie par le son agit de bas en haut, du moins au départ, qu’elle peut recabler le cerveau pour le meilleur, et que ses effets sont souvent permanents. les raisons pour lesquelles cette thérapie n’est pas mieux connue vient de notre compréhension limitée de la structure cérébrale sur laquelle elle a le plus d’impact: le cerveau sous-cortical. les structures humaines les plus élevées, comme le raisonnement, la planification, le contrôle des impulsions, la faculté de se concentrer sur de longues périodes, la pensée abstraite la prise de décision, et la capacité à imaginer les pensées et les sentiments d’autrui se situent dans le cortex frontal, mais les traitements des cette zone sont assez décevants.” a force de schématiser, on a oublié que les deux cerveaux travaillent ensemble. (le neo cortex et le cortex primitif) ” a mesure que le nouveau cortex évolue et grossit, les structures sous corticales se modifient et croissent massivement. quand on stimule la région sous corticale par des sons , cela améliore de façon incroyable les capacités mentales supérieures des jeunes patients présentant certains troubles communs de l’enfant”. 

 Nous proposons un programme spécifique qui allie les informations sonores, motrices, visuelles et d’équilibre. L’intégration sensorielle envoyée simultanément par plusieurs sens se fait dans le colliculus supérieur, un noyau de neurones du tronc cérébral. Cela active la production de dopamine, substance clé de la motivation et de l’attention. dans les troubles de l’apprentissage de l’enfant comme par exemple le trouble du déficit de l’attention ou l’hyper activité, on retrouve plusieurs problèmes dans le cerveau:

– la taille du cervelet est réduite

– les ganglions de la base sont de taille réduite

– le circuit de la récompense est sous stimulé

Grace aux IRM et notamment  aux recherches des neuro scientifiques Vinod Menon et Daniel Levitin ou encore de Ron Minson on sait désormais que la thérapie sous oreille électronique associée au travail multi sensoriel permet de remodeler le cerveau, les zones attrophiées augmentent de volume et  les connexions synaptiques se multiplient, la sécrtion de dopamine augmente et toutes les régions sous corticales sont stimulées et agissent  du bas vers le haut sur le néo cortex.

voici un shéma tiré du livre de Norman Doidge « Guérir grâce à la neuroplasticité » 

 

Cerveau page no. #1

Ajouté à cela une action sur le nerf vague appelé par le neuroscientifique Stéphen Porges « nerf vague intelligent » car en plus d’agir sur le système parasympathique qui diminue le stress et l’anxiété, il permet également d’être très attentif, de bien communiquer et met en bonne condition pour l’apprentissage. 

Notre thérapie travaille  donc sur l’organisation cérébrale du bas vers le haut et agit ainsi sur les troubles du déficite de l’attention, l’hyper activité, mais également sur l’ensemble des troubles de l’apprentissage, sensoriels, émotionnels, ainsi que sur cetains troubles autistiques.

 

Le professeur Tomatis avait déjà découvert les bienfaits de cette musique et avait créé l’oreille électronique pour rééduquer l’oreille à écouter et pas seulement à entendre.

Cet appareil joue sur les muscles de l’oreille a travers des filtres, qui opèrent une véritable gymnastique mettant alternativement l’oreille au “repos” ou au “travail”.

En raison du lien étroit entre l’oreille et le nerf pneumogastrique (ou nerf vague) qui contrôle les fonctions vitales telle que la digestion et la respiration, l’audio-psycho-phonologie réduit les réactions physiques dues au stress et à l’anxiété.

C’est donc grâce à la musicothérapie sous casque de haute qualité et avec vibrateurs pour la conduction osseuse, que l’oreille va s’ouvrir à nouveau à l’écoute, retrouvant ainsi l’ensemble des fréquences auditives, la maîtrise de la voix, une communication efficace, ainsi que la sérénités, le dynamisme, la confiance et l’harmonie. L’oreille est l’organe qui envoie le plus de stimulations dont a besoin le cerveau (environ 90%) ce qui permet un champs d’application très large a cette méthode.

Les formateurs, chanteurs d’opéra professionnels, complètent ce travail passif de l’oreille par des exercices de respiration, de vibration du corps, et de posture, vous permettant d’habiter pleinement votre corps et de réduire encore plus l’emprise du stress et  de l’émotivité.

Nous n’utilisons que du matériel analogique beaucoup plus efficace sur le cerveau que le numérique et surtout moins fatiguant. Cela avait une importance capitale pour A. Tomatis.

Notre centre se situe dans un cadre de verdure très agréable, idéal pour se relaxer et  lâcher prise, petit plus qui a son importance!

?php get_footer(); ?>